06 67 17 58 79 contact@zeplombier.fr

Nouvelle apparition du plombier Nantais en tête de page de Artisans Mag’ (mars 2013)

Un plombier écolo en tête de peloton

couverture-artisans

Si les dirigeants sont souvent pris par le temps et irrités par les embouteillages, Pierre-Olivier Clerc, fondateur de Ze Plombier, ne l’est pas. La raison ? Ce gérant, installé à Nantes, se déplace en triporteur, un tricycle à pédales muni d’une caisse pour transporter ses outils. « Circuler à Nantes est un véritable casse-tête, confie Pierre-Olivier Clerc. Les accès au centre-ville sont difficiles et les zones piétonnes nombreuses. Rares sont les artisans qui acceptent d’y venir. » D’autant que cette ville, élue capitale verte européenne en 2013, est résolument tournée vers l’écologie. L’idée de se déplacer en triporteur lui est venue un jour de novembre 2010. « Je voulais dépanner un copain, mais il y avait des grèves dans les raffineries. J’ai donc enfourché mon vélo avec ma caisse à outils sur le dos », explique l’artisan, qui a créé l’entreprise avec sa compagne Sonia. Le concept plaît, et le bouche à oreille fonctionne. Au-delà de l’image d’une entreprise dyna- mique et écolo, les clients sont séduits par ses tarifs. « Je n’ai pas à payer de carburant, ni à entretenir mon véhicule. Je facture donc le déplacement 20 euros. Un tarif en moyenne deux fois moins cher que mes concurrents situés en centre-ville », se satisfait-il. Ainsi, il réalise quatre à cinq interventions par jour, parcourant jusqu’à six kilomètres.

Un triporteur vite rentabilisé

L’artisan a investi 4 000 euros dans l’acquisition de ce moyen de transport. Pour rentabiliser au maximum son achat, Pierre-Olivier Clerc a recouvert son cycle de messages publicitaires, mettant en avant les coordonnées, le site internet et la page Facebook de son entreprise. Si l’idée est économique, elle amuse beaucoup les clients. « Ils sont nombreux à m’arrêter dans la rue. Je renvoie l’image d’un artisan de proximité, à l’écoute de ma clientèle et capable de répondre à ses problématiques le plus rapidement possible. Cela me ravit », poursuit le jeune plombier.Une chose est sûre, l’artisan ne pédale pas dans la semoule. Il a des projets plein la tête. « Le chiffre d’affaires a quasiment doublé en fin d’année 2012 du fait d’une activité plus élevée », poursuit-il. Le dirigeant envisage désormais d’exporter son concept dans d’autres métropoles, à l’instar de Strasbourg, Bordeaux ou encore Toulouse. Mais avant cela, il s’apprête à recruter un salarié, pour asseoir son développement dans la ville de Nantes. Pierre-Olivier Clerc avance sur les chapeaux de roue.

artisanamag2